Revue de presse

28.08.2012

La bulle immobilière n'est pas au bord de l'éclatement

Pour la Banque nationale suisse, la bulle immobilière en Suisse n'est pas au bord de l'éclatement. La situation reste tendue, mais au vu du deuxième trimestre 2012, un ralentissement est possible.

La bulle hypothécaire et immobilière en Suisse n'est pas au bord de l'éclatement. La situation reste tendue, mais au vu du deuxième trimestre 2012, un ralentissement est possible, annonce lundi la Banque nationale suisse (BNS). Celle-ci ne va pas demander au Conseil fédéral d'activer le «volant anticyclique de fonds propres» dans l'immédiat.

La dynamique sur les marchés hypothécaires et de l'immobilier reste toutefois «exceptionnellement marquée». Certaines régions et certains segments du marché de l'immobilier résidentiel continuent de présenter des signes de surévaluation, estime la BNS. Quelques éléments isolés laissent toutefois présager un ralentissement de l'essor de ces marchés.

En outre, un durcissement des exigences de fonds propres en matière de prêts hypothécaires, ainsi qu'une révision de l'autoréglementation dans le domaine hypothécaire ont été annoncés le 1er juin dernier par le Conseil fédéral. Ces deux mesures devraient modérer la croissance des prix immobiliers et des prêts hypothécaires.

La décision de ne pas encore activer le volant anticyclique de fonds propres ne doit toutefois pas être interprétée comme un signal de fin d'alerte, prévient la Banque centrale. Le niveau des taux d'intérêts reste extrêmement bas et les risques lors de l'octroi de prêts hypothécaires sont élevés.

La Banque nationale évaluera régulièrement la nécessité d'agir en ce qui concerne le volant anticyclique. « Elle rendra publique toute proposition émise à l'intention du Conseil fédéral en vue d'activer, d'adapter ou de désactiver cette mesure ». Cela se fera uniquement lorsque le Conseil fédéral lui aura fait part de sa décision, pas avant début 2013.

Décision saluée

De son côté, l'Association suisse des propriétaires fonciers (HEV) salue la décision de la BNS. « Les mesures prises pour réguler le marché hypothécaire, notamment celles entrées en vigueur le 1er juillet dernier, ont un effet modérateur sur l'octroi des prêts hypothécaires ». « Une autre intervention est donc inutile », affirme l'association.

Le volant anticyclique de fonds propres est une mesure prévue par la modification de l'ordonnance sur les fonds propres adoptée en juin dernier par le Conseil fédéral. En cas de demande de la BNS, il permet d'imposer aux banques de constituer progressivement des fonds propres lorsque des déséquilibres se développent sur le marché du crédit. Concrètement, il permet d'exiger des banques des fonds propres pouvant atteindre 2,5% des actifs pondérés en fonction des risques.

Source : Le Matin, Sipa/Newsnet