Revue de presse

15.08.2012

Explosion des demandes de permis de construire

Les demandes de permis de construire ont décuplé dans les communes touristiques. Les intéressés et les autorités se pressent pour autoriser un maximum de résidences secondaires avant qu'il soit trop tard.

Les régions de montagnes ne sont pas restées bras ballants depuis l'acceptation, en mars, de l'initiative Franz Weber limitant à 20% le nombre de résidences secondaires par commune. Au 2e trimestre, les nouvelles demandes de permis de construire ont littéralement explosé.

Les milieux touristiques, ceux de la construction, les communes concernées et, bien entendu, les futurs propriétaires ne le cachent pas. Ils mettent tout en œuvre pour soumettre et autoriser le plus de projets possibles, avant que le Conseil fédéral ne mette en application l'ordonnance d'application de la nouvelle loi.

Incertitude sur l'entrée en vigueur

Doris Leuthard avait laissé clairement entendre, au lendemain de la votation, que son département du DETEC ne laisserait pas traîner les choses pour transposer la décision du souverain dans la loi. Aussi, nombreux sont ceux qui pensaient que le gouvernement fixerait la date de mise en application de l'ordonnance dès la reprise de ses travaux, ce mercredi 15 août. Tel n'a pas été le cas.

« C'est une bonne nouvelle », ne cache pas un Valaisan proche du dossier: « Les milieux opposés à cette décision ne manqueront de mettre ce sursis à profit ». Ils n'ont d'ailleurs pas attendu la rentrée pour agir, comme le montrent les statistiques éloquentes du Service de recherche de Credit Suisse et de la Société suisse des entrepreneurs compilées mercredi par le Tages-Anzeiger.

Fois 4 en Valais, fois 17 à Laax

A Nendaz par exemple, 141 nouvelles demandes de permis de construire ont été déposées au 2e trimestre 2012. En temps normal, la commune valaisanne n'en enregistre que 31 en moyenne trimestrielle.

De même, la commune de Bagnes, qui couvre la station de Verbier, a enregistré 100 nouvelles demandes entre mars et fin juin, quatre fois plus qu'en temps normal. Il est à relever dans ce cadre que la nouvelle ordonnance fédérale tirée de l'initiative ne devrait pas s'étendre aux projets de type hôtelier, où les appartement loués et non vendus.

Le Valais n'est pas un cas isolé. La poussée de fièvre immobilière touche toutes la région alpine. Elle est particulièrement vive aux Grisons, surtout à Laax, où les demandes de permis de construite a été, durant le même trimestre, 17 fois plus nombreuses qu'en temps normal, avec 252 requêtes au total.

A Scuol, en Basse-Engadine, le nombre de demandes a été de 15 fois supérieur. A Flims, il a dépassé de huit fois la normale. Au total, les Grisons ont enregistré 450 nouvelles demandes par mois en mai et en juin. En raison de la fête de l'Assomption, il n'était pas possible mercredi d'obtenir des chiffres officiels pour le Valais.

Montée parallèle des recours

Il est possible qu'une partie de ces demandes aient déjà été établies avant la votation de mars, en anticipation d'une acceptation, explique Thomas Rieder, du Département de recherche économique de Credit Suisse, mercredi dans le Tagi. Il faut cependant considérer, selon lui, que toutes les démarches n'aboutissent pas.

Les communes concernées observent en effet une hausse concomitante des recours. Raisons pour laquelle, elles invitent architectes et promoteurs à remettre des dossiers complets et sans faille. Car le but, pour elles, est bien de «satisfaire autant de demandes que possible», comme l'écrit la commune bernoise de Saanen dans un communiqué visible sur son site Internet.

L'objectif et le ton sont les mêmes dans les communes touristiques dont le taux de résidences secondaires est déjà voisin ou supérieur à 20%. A Laax, « tout sera mis en œuvre » pour délivrer un maximum d'autorisations de construire, confirme le président de commune Toni Camathias. « Si besoin est, le Service des constructions fera des heures supplémentaires ».

Source : Le Matin, MHJ, Newsnet