Revue de presse

18.10.2016

Davantage de logements abordables

125’000 signatures sont déposées ce jour à la Chancellerie fédérale pour davantage de logements abordables. Par son initiative populaire, l’Association suisse des locataires (ASLOCA) exige une claire expansion des logements d’utilité publique à loyer modéré. Il faut stopper une explosion des loyers contraire à la loi.

Avec ses partenaires, l’ASLOCA a réuni 125’000 signatures six mois avant le délai légal, dont 106’000 sont attestées pour « Davantage de logements abordables ». Malgré des taux très bas et l’absence d’inflation, les loyers ont concrètement explosé ces années dernières. S’ils avaient évolué selon ce que prescrit le droit du bail, les locataires payeraient 6 milliards de francs de moins aujourd’hui qu’en 2008. Cette réalité est inacceptable car contraire à la législation. Or le Parlement a démontré, en refusant d’étendre la transparence des loyers, qu’il n’entreprendrait rien contre ce hold up. Sans agir, les autorités fédérales livrent au marché ce bien premier qu’est le droit d’avoir un toit – alors même que les loyers sont les plus lourds dans les dépenses des ménages.

Il faut changer la donne : les maîtres d’ouvrage d’utilité publique prouvent depuis des décennies qu’il peut en être autrement. L’encouragement des logements d’utilité publique (LUP) à loyer modéré permet d’habiter à long terme hors de la spéculation et de la pression du profit. Il importe de renverser la tendance – en baisse ces vingt dernières années – des habitations en mains de coopératives, de fondations ou de villes. La Confédération doit s’impliquer à nouveau en force pour des logements abordables.

Les mesures à prendre sont à portée de main : il faut des terrains pour les LUP, des prêts et des plans d’aménagement territorial. L’initiative logements, lancée avec Coopératives d’habitation Suisse, l’Union syndicale suisse, le Parti socialiste et les Verts, demande de mettre à disposition deux fois plus de logements d’utilité publique que jusqu’ici. C’est réaliste – si la Confédération fait sa part.

Source : communiqué de l'asloca