Revue de presse

15.12.2014

Les prix dans l'immobilier baissent à Genève et à Zurich

La pression sur les prix est particulièrement visible dans certaines régions. Les appartements et encore plus les maisons sont concernés. Le phénomène est observé dans un nombre croissant de communes.

La Banque Nationale Suisse (BNS) n'en a pas fait mystère la semaine précédente, lors de son évalutation trimestrielle. La situation sur les marchés hypothécaire et immobilier demeure une source d'inquiétudes pour la banque centrale, qui doit désormais prendre en compte une «baisse des prix dans certaines régions».

Ce phénomène est surtout visible dans les villes de Genève et de Zurich, a expliqué le SonntagsBlick . Dans la cité de Calvin, les tarifs ont reculé de 5,5% sur un an et près de 4% sur les bords de la Limmat.

Genève donne le ton

Genève, dont les prix flambaient auparavant, doit désormais affronter le phénomène inverse. Pour Michael Landolt, chef économiste de la Fédération alémanique des propriétaire (Hauseigentümerverbands HEV), ce qui émerge dans la ville du bout du lac ne fait que préfigurer ce qui va arriver dans toute la Suisse. «Ce qui s'y passe est ensuite observable à Zurich puis en Suisse orientale», a-t-il prévenu.

La demande se déplace donc vers des régions où le prix du terrain est encore abordable. Mais la pression ne devrait pas être massive, juge Maciej Skoczek, économiste chez UBS.

Des prix en baisse

Ces développements montrent que le marché se tasse lentement. Mais l'économiste s'inquiète pour la suite car l'histoire immobilière a montré que rarement une telle envolée ne s'est terminée par un atterrissage en douceur.

UBS a observé que les prix reculent sur un large front, ce qu'elle a pu vérifier dans près de quatre communes sur dix au niveau des appartements. Cette pression baissière est encore plus forte pour les maisons individuelles, qui sont devenues meilleur marché dans six communes sur dix.

Source : 20minutes.ch, Newsnet