Revue de presse

19.11.2013

Un Suisse sur quatre n'a plus d'argent à la fin du mois

CRISE - Selon une étude parue mardi, un quart des habitants en Suisse n'a plus d'argent à dépenser une fois les factures mensuelles payées.

Même la crise se fait sentir en Suisse et de nombreux Helvètes sont confrontés à des problèmes financiers à la fin du mois. Selon une étude de la société de crédit et de recouvrement Intrum Justitia parue mardi 19 novembre, 26% des habitants de notre pays n'ont plus d'argent une fois les factures mensuelles payées.

Et ils sont près d'un Suisse sur trois (27%) à estimer qu'ils n'ont pas assez d'argent pour mener une vie décente. Mais ce mécontentement n'est rien à côté d'autres Européens. Ils sont plus de 40% à être mécontents de leur sort en Hongrie, en Estonie ou en Grèce, rapporte l'étude.

Ce sont les dépenses de santé (81%), suivies par la perte d'emploi (76%) et les assurances (74%) qui sont à la une des préoccupations financières des Suisses, note Intrum Justitia, dans son «nouvel Indice de risque des consommateurs 2013» ainsi que son «European Consumer Payment Report». A l'échelle européenne, ce sont la perte d'emploi (83%), les prix de l'énergie (80%) et les prix de l'essence (79%) qui causent le plus de soucis.

Deux tiers de bons payeurs

Le rapport montre également que plus de deux tiers des Suisses - et même jusqu’à 76% des personnes interrogées en Europe - estiment qu’il faut payer les factures sans retard. Trois quarts d'entre eux également savent parfaitement ce qu'ils doivent débourser chaque mois.

«Les gens ont à cœur de se comporter comme il se doit mais la situation financière en Suisse et dans l'ensemble de l'Europe fait que cela devient difficile pour beaucoup d'entre eux», a déclaré Thomas Hutter, directeur général d'Intrum Justitia Suisse dans un communiqué.

L'enquête, publiée pour la première fois après un sondage de 10'000 personnes dans 21 pays, relève également que quand les temps sont durs, les Helvètes économisent en priorité sur les sorties et les achats de vêtements.

Soure : 24heures.ch, Christina Talos / Newnet