24.04.2013

Attention à la spirale du bas prix

Surcoût inattendu et mauvaise qualité d'exécution sont souvent le résultat d'une offre apparemment imbattable.

Une guerre dévastatrice fait rage parmi les artisans. Les clients de cessent de l'attiser avec leur mentalité qui veut qu' "être radin, c'est bien". La qualité en pâtit, et le travail bâclé des artisans à bas prix peut coûter cher aux clients.

Cela fait longtemsp que la pression sur les prisx subie par les artisans n'est plus limitée aux grands chantiers. Pour les petits travaux aussi, les particuliers tentent de négocier les prix au plus bas. Pour le moindre travail, ils von chercher une demi-douzaine d'offres de la concurrence. Ils se servent souvent pour cela des portails d'artisans sur internet.Tout particulier peut publier un appel d'offres. Les artisans intéressés par la proposition envoient une offre par email. Le principe est aussi simple qu'efficace: c'est le moins cher qui détient les meilleures cartes.

Pouir que la pression sur les prix de nuise pas trop à la qualité, les maîtres d'ouvrage ne peuvent évaluer les artisans qu'une fois le travail réalisé. Certaines entreprises qui se vantent de réaliser des travaux de toute sorte récoltent non seulement d'évalutations sur internet, mais aussi une forte proportion de commentaires négatifs exprimant pafois la rage ou la colère.

Des entreprises peuvent également omettre des travaux importants comme l'application d'une sous-couche si on prend l'exemple de la peinture; l'exécution des travaux préparatoires est défectueuse.Dans d'autres cas, des frais supplémentaires sont demandés en cours de route, car des travaux à effectuer ont été insuffisamment décrits dans les portails en ligne et les exigeances mal définies. Surcoût inattendu et mauvaise qualité d'exécution sont souvent le résultat d'une offre apparemment imbattable.

Les prestataires les moins chers foncionnent comme les compagnies low-cost: elles proposent des prix de base imbattables, mais facturent ensuite tous les coûts supplémentaires possibles. Par ailleurs, cette concurrence intensive dans le bâtiment amène une pression sur les salaires des ouvriers afin d'assurer un minimum de marge à l'entrepreneur. Les clients réaliseront que la qualité est passée à la trappe lorsque les conscéquences de cette spirale de la radinerie seront visibles.

Source : 24heures, Jean-Luc Blanc, resp. credit office, Raiffeisen Suisse